5 conseils pour gérer le stress au collège

ALR300x250




Quel que soit le nombre d’heures de crédit que vous prenez dans un semestre, gérer le stress au collège n’est jamais facile. Non seulement il y a du stress lié à la gestion de la charge de travail de votre cours, mais il y a aussi du stress social, du stress émotionnel et d’autres formes de stress personnel qui peuvent vous alourdir avec le temps.

Bien qu’il puisse être impossible d’éliminer complètement les choses qui vous stressent, il existe des moyens efficaces pour vous aider à mieux gérer et surmonter les sentiments de stress pendant vos études. La plupart de ces pratiques sont enracinées dans le développement de la résilience. C’est une caractéristique déterminante de nombreuses personnes parmi les plus prospères du monde. Mais devenir un individu résilient n’est pas une transformation du jour au lendemain. Cela demande de la discipline et de la pratique. Cependant, en appliquant certains de ces conseils à votre routine quotidienne, vous remarquerez de profonds changements dans votre capacité à gérer le stress au collège, et plutôt immédiatement.

1. Perfectionnez vos compétences en planification et en organisation

Une caractéristique commune à la plupart des étudiants qui réussissent est la capacité de rester organisé efficacement avec des devoirs, des projets et des examens. Une planification et une organisation diligentes porteront leurs fruits dans la gestion du stress tout en évitant le sentiment d’être dépassé. Retarder pour étudier jusqu’à la dernière minute, ou ne pas soumettre un devoir à temps, peut créer un stress qui pourrait autrement être évité. Ce type de stress peut avoir un effet résiduel, car plus tard au cours du semestre, ces erreurs peuvent laisser les étudiants se démener pour rattraper le terrain perdu.

L’un des outils les plus traditionnels de planification et d’organisation consiste à utiliser un planificateur ou un système de calendrier réel. Cela peut être un livre de planification tangible que vous rédigez dans toutes vos affectations et dates d’échéance. Une alternative numérique consiste à utiliser la suite d’applications Google en ligne, en particulier Google Agenda. La bonne chose à propos de Google Agenda est que vous pouvez définir des rappels et des notifications pour vous faire savoir quand quelque chose est dû. Par exemple, si vous savez que vous avez un gros test dans quelques semaines, vous définissez une notification pour vous envoyer un e-mail lorsque vous êtes à 5 jours du jour du test.

2. Optimisez votre sommeil et votre nutrition

Si vous n’obtenez pas suffisamment d’heures de sommeil de qualité, vos performances en souffriront dans tous les aspects de votre vie. De même, si votre régime alimentaire est pauvre ou si votre alimentation est mauvaise, vos performances mentales et physiques en souffrent.

Les étudiants doivent en particulier être attentifs à leur alimentation. Il est trop pratique d’opter pour quelque chose de rapide et facile au détriment de la nutrition. Avec le temps, une mauvaise alimentation peut entraîner une diminution du fonctionnement cognitif, une prise de poids et de mauvaises habitudes alimentaires. De plus, les carences en vitamines et nutriments peuvent faire des ravages sur le corps, provoquant beaucoup de stress physique et mental. À l’inverse, les élèves qui sont conscients de manger sainement sont susceptibles de mieux réussir dans de nombreux aspects de leur vie. Ils sont souvent plus aiguisés mentalement, physiquement plus actifs et mieux organisés avec leur vie dans son ensemble.

À côté du régime et de la nutrition, il y a le sommeil. Le sommeil est l’une des variables les plus importantes qui influence un certain nombre de systèmes ayant un impact sur notre fonctionnement. Cependant, la relation entre le stress et le sommeil est que le premier (stress) a un impact énorme sur la qualité de notre sommeil. Selon une recherche distillée par l’American Psychological Association, «Plus d’un tiers des adolescents (35%) déclarent que le stress les a amenés à rester éveillés la nuit au cours du mois dernier. » Ces informations, qui peuvent être trouvées ici, met en évidence un certain nombre de points convaincants sur la relation entre le stress et le sommeil, renforçant ainsi la nécessité pour les étudiants de minimiser et de gérer le stress.

3. Faites régulièrement de l’exercice et adoptez l’activité physique

L’activité physique a été considérée comme vitale pour maintenir une santé mentale optimale et, par conséquent, il a été démontré qu’elle réduit le stress. Des études montrent cet exercice est très efficace pour améliorer la vigilance et la concentration, réduire la fatigue et améliorer la fonction cognitive globale. La sagesse conventionnelle veut que l’exercice à une intensité faible à modérée vous donne une sensation d’énergie et en bonne santé. Cela peut être particulièrement utile lorsque le stress a épuisé votre énergie ou votre capacité à vous concentrer.

Selon l’Anxiety and Depression Association of America (ADAA) «Les scientifiques ont découvert que la participation régulière à des exercices d’aérobie diminue les niveaux généraux de tension, élève et stabilise l’humeur, améliore le sommeil et améliore l’estime de soi. Même cinq minutes d’exercice aérobie peuvent stimuler des effets anti-anxiété.

Lorsque le stress commence à affecter le cerveau, avec ses nombreuses connexions nerveuses, le corps lui-même peut ressentir l’impact. En retour, il va de soi que si votre corps se sent optimal, votre esprit aussi. L’exercice produit des endorphines (qui sont des hormones de bien-être dans le cerveau qui agissent comme des analgésiques naturels) qui réduisent le stress et peuvent également améliorer la capacité de dormir.

Fait intéressant, parallèlement à certains des conseils précédents, la méditation, l’acupuncture, la massothérapie et même la respiration profonde peuvent permettre à votre corps de produire des endorphines. Il existe donc de solides preuves qui se chevauchent en faveur de l’exercice (ainsi que de la pleine conscience et de l’exposition au froid) comme moyen efficace d’atténuer le stress. Pour les étudiants, ces outils peuvent être des armes puissantes dans votre arsenal pour devenir une personne plus résiliente et sans stress.

4. Pratiquez la pleine conscience

La pleine conscience est une qualité naturelle que nous possédons tous. Bien que cela puisse sembler être un état de conscience accru qui nécessite des heures de méditation pour atteindre, la pleine conscience est à notre disposition à chaque instant, si nous prenons le temps de l’apprécier. Mieux défini par Mindful.org, “(La pleine conscience) devient plus consciente de l’endroit où vous êtes et de ce que vous faites, sans devenir trop réactif ou submergé par ce qui se passe autour de vous.”

Lorsque nous pratiquons la pleine conscience, nous pratiquons l’art de créer un espace pour nous-mêmes – un espace pour penser, un espace pour respirer, un espace entre nous et nos réactions. En retour, nous pouvons mieux gérer la façon dont le stress nous affecte tout au long de la journée. De grands projets, des affectations inattendues, des drames sociaux – les choses qui induisent généralement un sentiment d’écrasement sont acceptées avec moins de réaction.

Alors, comment pratiquer la pleine conscience? Il existe un certain nombre de techniques qui se chevauchent, mais la plupart des pratiques visent à renvoyer votre attention encore et encore au moment présent, qui est enraciné dans votre respiration. Nos esprits sont câblés pour se laisser emporter par nos pensées. La pleine conscience est la pratique du retour, encore et encore, à la respiration. Oui, méditer ou s’asseoir tranquillement et attirer votre attention sur votre respiration est une façon courante de pratiquer la pleine conscience. Mais notre attention centrée sur la respiration peut également être pratiquée pendant la course, l’exercice, le yoga ou d’autres formes de mouvement. En fin de compte, cela revient à être plus conscient de votre respiration tout au long de la journée, surtout face à des moments stressants qui peuvent vous sembler accablants.

5. Prenez une douche froide

Ce dernier conseil peut sembler fou et douloureux, mais si vous vous sentez stressé, prendre une douche froide est le moyen le plus rapide d’améliorer votre état d’être. Il a été démontré que le défi primitif de s’exposer au froid un certain nombre d’avantages incroyables, au-delà du soulagement du stress. De l’aide à la perte de graisse et à la qualité du sommeil au renforcement du système nerveux et de l’immunité, de nombreuses recherches scientifiques soutiennent les nombreux avantages de l’exposition au froid. À son tour, c’est devenu une pratique plus courante et largement connue, car certains des athlètes et entrepreneurs les plus performants du monde ne jurent que par l’exposition au froid.

En termes de stress, s’exposer à une douche froide et vive est une forme de stress en soi. Mais c’est une forme naturelle de stress qui choque instantanément le système dans un état conscient de respiration profonde et de pleine conscience. Selon Joseph Cohen, qui a compilé un certain nombre d’études de recherche soutenir les avantages de l’exposition au froid, «Personne ne veut prendre une douche froide. Passer sous l’eau froide et glaciale chaque matin entraîne votre cerveau à faire des choses qu’il ne veut pas faire si les récompenses sont assez importantes. Cette attitude se traduit ensuite par d’autres domaines de votre vie. »

Prendre une douche froide est non seulement l’un des moyens les plus efficaces pour cultiver la résilience et vaincre le stress, mais c’est aussi l’un des antidépresseurs les plus efficaces (et naturels). D’après un résumé sur PubMed.gov étayer l’hypothèse de l’utilisation de l’exposition au froid pour la dépression «L’exposition au froid est connue pour activer le système nerveux sympathique, augmenter le taux sanguin de bêta-endorphine et de noradrénaline et augmenter la libération synaptique de noradrénaline dans le cerveau.»

La norépinéphrine est une hormone surrénalienne qui permet aux individus de se sentir plus «naturellement» naturellement, et la production accrue de bêta-endorphines (ou molécules «se sentant bien») peut donner un sentiment de bien-être. Dans l’ensemble, prendre une douche froide, même pour quelques secondes, vaut la peine d’essayer.

En fin de compte, la gestion efficace du stress dépend de la façon dont vous vous préparez et réagissez aux choses de la vie. Il est impossible d’éviter le stress qui accompagne un gros examen. Mais nous pouvons contrôler la façon dont nous y réagissons et le planifier. Ces cinq conseils vous permettront de gagner le long match dans la gestion du stress à l’université, tout en vous donnant quelques techniques efficaces pour vous aider à gagner la journée.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *